VIE • DYNAMISME • NATURE

Site officiel du village de Brassy 58
Commune du Parc du Morvan

Histoire d’un village : Brassy d’hier et d’aujourd’hui

Carte postale ancienne du Bourg de Brassy
Carte postale ancienne du Bourg de Brassy


BRASSY, autrefois BRACY, Braciacum, Brasseyum

Située à l’est de Lormes et à douze kilomètres de cette ville, dont elle est séparée par de vastes forêts, la commune de Brassy est, après le chef-lieu, la plus étendue et la plus peuplée du canton. Elle renferme dix-neuf cent vingt-deux habitants. En 1667, elle comptait deux cents familles et sept cent cinquante communiants. Son territoire, traversé par la rivière de Chalaut et la route de Lormes à Saulieu, est généralement marécageux et insalubre, surtout vers le centre ; aussi la fièvre intermittente y règne souvent. Sa superficie comprend cinq mille trois cents quatre-vingt-neuf hectares dont deux mille cent vingt sont en forêts.

Au sud-ouest, surtout à l’Huis-Guyolot, on retrouve des vestiges de l’antique voie romaine, qui se dirigeait d’Autun à Entrains, par le centre du Morvand, et au Bois-du-Fossé des restes d’un ancien camp retranché ou poste militaire, établi en ces lieux déserts pour la sureté des voyageurs et des convois.

Il semble qu’il exista autrefois une chapelle sur la montagne du Haut-du-Puy, vulgairement l’Haut-du-Peut, qui de sa masse domine le village de Brassy, au sud-est, et une autre près de l’ancien fief de Prélard, à l’ouest. Une fontaine, entourée d’une superstition toute païenne, nommée fontaine des Parques, vulgairement des Parces, guérissait, dit-on la fièvre, la colique et la migraine.

 

Source : Le Morvand,  par l’Abbé J.F. BAUDIAU

Diaporama cartes postales anciennes, collection d’Annie ROUSSEL-BEELDENS